Archives mensuelles : juin 2014

Quand la fatigue des matériaux faisait encore débat. Part 9. Où l’on voit que les Allemands avaient pris un temps d’avance

Rappel des épisodes précédents

Dans les épisodes précédents je montrais que la fatigue des matériaux ne faisait pas l’unanimité en France, plusieurs décennies après les premiers travaux publiés (parties 1, 2, 3).

En effet August Wöhler, vers 1850-60, publie des essais de rupture sous effort cyclique et suggère une dégradation du métal pour des contraintes cycliques, ce qu’on appelle la fatigue des matériaux (partie 5). Mais des ingénieurs comme Jean Résal et Paul Planat avançaient une autre théorie pour expliquer ces résultats (partie 7, partie 8).

Les Allemands ont intégré très tôt la notion de fatigue dans leur dimensionnement

Dans cette partie 9, je citerai l’ouvrage de Charles Bricka « Note sur la construction des ponts métalliques à poutres droites en Allemagne, en Hollande, en Autriche et en Suisse » 1886.

Dans cet ouvrage, Charles Bricka résume et analyse les méthodes de construction des ponts métalliques dans plusieurs pays d’Europe. On y retrouve l’Allemagne, où Mr Wöhler a récemment publié ses travaux sur la fatigue des matériaux.

Un paragraphe nous indique que les Allemands, moins de 20 ans après la publication des travaux de Mr Wöhler, avaient déjà intégré la notion de fatigue dans leurs méthodes (voir figure ci-dessous).

bricka 1886 1

bricka 1886 2

L’intégration des résultats de Mr Wöhler a donc été très rapide en Allemagne. En conséquence, les Allemands ont pris en compte la fatigue dans leur dimensionnement plusieurs décennies avant les Français !

On note aussi que la Hollande, l’Autriche et la Suisse ne prennent pas en compte le phénomène de fatigue.

Mais tout cela ne nous dit pas quand et comment les Français ont fini par pleinement accepter l’idée de fatigue des matériaux. J’aborderai cela dans mes prochains articles.

L’article en version PDF
Durabilite-infos_Lois-de-Wohler-full-article-1-9